DILATED PEOPLES – DIRECTORS OF PHOTOGRAPHY

Print

 

 

 

 

Le retour des anciens.

 

 

 

 

 

 

Mes camarades étant en vacances pour la semaine dans le sud ( « Bisoux salés ! » comme disent les beaufs), je prends pendant quelques jours les rênes du blog. Tu vas le sentir mon loulou.

Là c’est du gros retour que je te propose, avec les californiens de Dilated Peoples.
Si je dis retour, c’est que ce trio formé en 1992 n’a plus sorti d’album depuis 2006 !

Si le nom de Dilated Peoples ne dit rien à tes esgourdes, parfais donc ta culture hip-hop avec leur chef d’oeuvre, leur classique Worst comes to worst, avec le merveilleux DJ Fabu aux platines, et un feat de feu Guru, rien de moins que le MC de Gang Starr. (QUOI tu connais pas non plus Gang Starr ? Bordel mec !)

Passons maintenant au gros morceau, ce nouveau « Directors of photography ».

Les mecs posent les bases avec une superbe intro instrumentale, avec les petites samples qui te mettent dans l’ambiance.
Et là, grosse claque, « Directors ».
Premier vrai son de l’album et les gars rappellent qui sont les patrons. On retrouve les flows respectifs d’Evidence et de Rakaa Iriscience, avec un texte explicite:

 » Dilated never left, I’d like to welcome us back. Directors. »

Les titres géniaux vont d’enchainer, rien qu’à écouter la lourdeur de l’instru de la track 3, « Cut my teeth », ou mon coup de coeur perso « Opinions may vary ».

Mais cet album ne serait pas cette superbe entité sans tous les featuring.
J’ai déjà parlé de « Opinions may vary » avec un feat de Gangrene.
Le titre « L.A. River Drive », en plus d’une superbe instru, bénéficie de la participation non-négligeable de Sick Jacken.

Or la collaboration ultime réside dans la dernière track « Hallelujah ».
Avec pas moins de 5 MCs y participant, cet ultime titre de près de 6 minutes vient conclure un superbe album.

Et qui de mieux ces derniers temps que ce bon gros Action « Chef » Bronson pour assoir un retour.
Si le rouquin est omniprésent ces derniers jours avec son « Easy Rider » complètement peté, il sait se retirer à la toute fin d’un titre pour laisser la place aux anciens. Classieux.

Bon si avec un aussi bel articles t’écoutes pas l’album, t’es quand même un bel enfoiré.

Des bisous ma gueule, je reviens demain.

Paco.

 

Publicités